Xpedition One Philippines

Camarites Norte ( Tagkawayan )

Au tournant d’une route accidentée un village apparaît en contre bas avec son parc aux multiples activités. Jeunes et moins jeunes s’y promènent, conversent ou pratiquent le basket-ball, devenu jeu national par héritage de la présence américaine.

Je gare la jeep sur la plage, la marée est basse, les bateaux des pêcheurs ont un air penché ; un groupe de vieux marins coud ses filets, un regard, un sourire : « Hello Po !», terme respectueux devant nos cheveux gris…

Ce village, nous plait. Nous décidons de chercher un hôtel sans trop y croire et nous voilà installés à Tagkawayan : belle chambre, piscine… surprenant dans ces lieux.

A cent pas de l’hôtel passe la voie ferrée de Manille à Legaspi. Quelques chariots en bois, propulsés par un moteur, ont pris la place du train qui ne passe qu’épisodiquement ; belle invention locale pour se déplacer.

jbord4

Des gens montent sur ces chariots à quatre bras. Le moteur fait de multiples ratées, tousse et décolle et voilà le taxi du rail qui roule, avec ses passagers, volailles, sacs de nourriture, matelas, eau potable. Tout est transportable.

Il dépose familles et matériel, le long de la voie et ceci sur une distance d’environ 20 km.

Nous voilà sur cette machine roulant à 30 km/h, un couple est assis devant nous, cheveux au vent. A la cadence d’un train miniature, le paysage défile entre la forêt et la mer ; humains et animaux déambulent le long de la voie.

Soudain un chariot arrive en face sur cette voie unique, les passagers du véhicule le moins chargé descendent sans hésitation, car c’est la convention. En utilisant les bras du taxi comme brancard, nous déposons la machine à côté des rails et laissons passer notre vis-à-vis en espérant que nous serons les plus chargés au prochain croisement.

C’est à la tombée de la nuit que nous quittons, ceux que j’ai surnommés les pirates du rail. Notre soirée finit chez Gonzales et Paquita, devant un plat succulent : le poulet à la noix de coco et aux papayes.