Xpedition One Philippines

Voyage dans l’archipel aux 7107 îles.

 

Ca y est, mes valises sont posées à Nouméa et me voilà devant mon ordi pour témoigner de ce magnifique voyage passé avec François dans ce superbe pays que sont les Philippines. Je vais vous faire part de mon expérience à travers quelques lignes, en survolant le séjour, car sinon il me faudrait un livre pour conter tout ce que nous avons fait.

Nous avons commencé notre séjour par une immersion dans l’ambiance de Manille, la chaleur, le trafic, la pollution. Malgré tout cela, les jeepneys, et les scènes de vie simple et autenthique annonçaient déjà un voyage plein de tradition. Dès le lendemain de notre arrivée, nous avons quitté la capitale, pour partir rejoindre la région du Nord et ses terrasses de riz. Sur notre parcours nous sommes passés par BAGIO, une ville étudiante aux grands hôtels qui accueillaient, il y a quelques années, les militaires américains « en stationnement » sur l’archipel. Le dépaysement a été déjà total, comparé à Manille, et la température plus clémente. Dans la continuité de notre périple, nous sommes passés par SAGADA, nous avons vu des grottes ou étaient entreposés des cercueils contenant les ancêtres des Philippins du Nord, étonnamment conservés et momifiés.

Après une nuit passée sur SAGADA nous sommes allés voir d’autres cercueils, cette fois suspendus dans la vallée, avec un guide qui nous a expliqué toute l’histoire et les coutumes des Philippins de la Cordillère Centrale. Puis nous avons repris la route vers les terrasses de BANAUE. Durant le trajet nous nous sommes souvent arrêtés pour observer la vue magnifique que nous avions sur la cordillère. Sur la route nous avons fait la connaissance de locaux, dans des petits restaurants ou nous mangions, ou à coté de points de vue, habillés en tenue traditionnelle.

Le lendemain nous sommes partis avec un guide, nous balader dans les rizières. Nous nous sommes baignés dans des bassins d’eau chaude, où nous pouvions sentir la chaleur de l’eau sortant du sol. Preuve de l’activité volcanique de l’île. A la suite de notre balade nous sommes partis manger à un « point de vue » : une magnifique surprise ! On y serait bien restés quelques jours ; mais il nous fallait poursuivre.

La grande destination suivante a été le Volcan Taal. Après un réveil au petit jour, nous avons traversé le lac qui remplit l’ancien cratère, pour rejoindre l’île qui s’est formée au milieu avec un nouveau cratère. Nous sommes montés au sommet à cheval ; une fois en haut, la vue sur le volcan est magnifique, le souffre sort de la roche par endroit, et nous rappelle que la sérénité de l’endroit ne tient pas à grand-chose.

Nous avons repris ensuite la route du sud. Après une nuit d’hôtel, nous avons fait la connaissance des pirates des rails : ces philippins qui ont construit de petites « locomotives », utilisent les rails inexploitées pour rallier les maisons et transporter les marchandises. Mais n’ayant qu’une voie de disponible, les scènes qui se déroulent lors des croisements de wagonnets sont assez drôles et atypiques. Nous avons fini la journée par une visite sur le volcan Mayon, magnifique et imposant, avant d’arriver au domicile de notre french guide.

La fin du séjour a été la cerise sur le gâteau, durant 4 jours, nous sommes allés sur l’île de Burias, endroit paradisiaque tenu par un « confrère » vendéen, Jean-François. Nous avons eu la chance de participer à une fête locale, l’élection de la petite princesse de Burias. Nous avons découvert aussi des endroits paradisiaques, d’eau turquoise, riche en biodiversité.

La dernière nuit fut magique, nous nous sommes endormis sur une île déserte, après avoir passé la matinée à une cascade et la journée à plonger en masque et tuba, continuellement épatés par la richesse des fonds marins de cette région.

Puis la fin de notre séjour est arrivée, la tête remplie de rêve, nous avons regagné la maison de François et le lendemain nous avons pris un vol intérieur ; direction l’agitation de Manille et sa chaleur. Après une dernière journée sur Manille, j’ai dit au revoir au vieux Balang et à mes parents, avec l’envie de revenir sur ces terres des Philippines où nous avons pu contempler tout au long de notre séjour une partie de la richesse.

Grégory